Principal » bancaire » Loi de 2009 sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit

Loi de 2009 sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit

bancaire : Loi de 2009 sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit
Qu'est-ce que la loi de 2009 sur la responsabilité, la divulgation et la divulgation des cartes de crédit?

La loi de 2009 sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit est une loi fédérale conçue pour protéger les utilisateurs de cartes de crédit contre les pratiques de prêt abusives de leurs émetteurs. Communément connue sous le nom de CARD Act, elle vise principalement à réduire les frais imprévus et à améliorer la divulgation des coûts et des pénalités.

Loi de 2009 sur l'imputabilité, la responsabilité et la divulgation des cartes de crédit

Le Congrès américain a adopté en mai 2009 la loi sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit, que le président Barack Obama a signée peu de temps après. Il est entré en vigueur en 2010.

Elargissant la loi sur la vérité dans les prêts (TILA), cette loi visait à protéger les consommateurs des pratiques déloyales des émetteurs de cartes de crédit. Son objectif est d'éliminer ou de réduire certains frais de carte de crédit, de minimiser la manipulation de jeunes clients et de mieux divulguer les frais à tous les utilisateurs.

Avant l'adoption de la loi, le libellé des contrats de carte de crédit était souvent assez opaque et littéralement difficile à lire; En termes juridiques, les informations fournies étaient incohérentes entre les différents émetteurs, ce qui compliquait la tâche des consommateurs pour la comparaison des produits. La loi a rendu le langage, les conditions et la divulgation des pénalités et des frais beaucoup plus transparents, tant dans les accords de carte initiaux que dans les relevés mensuels.

Le Bureau de la protection des finances des consommateurs, ou CFPB, est chargé d’élaborer, de mettre en œuvre et de faire respecter les règles nécessaires à la conformité des émetteurs de cartes. Dans les quatre premières années d'existence de la loi, le CFPB, dans un rapport de 2015, avait constaté que la loi avait entraîné une baisse globale du coût du crédit à la consommation de deux points de pourcentage. Les frais de dépassement de limite ont été presque complètement éliminés et les frais de retard moyens sont passés de 35 à 27 dollars.

Points clés à retenir

  • La loi de 2009 sur la responsabilité et la divulgation des responsabilités en matière de cartes de crédit (loi CARD) vise à empêcher les pratiques trompeuses et abusives des émetteurs de cartes de crédit.
  • La loi CARD Act exige de la cohérence et de la clarté de la terminologie et des termes entre les émetteurs de cartes de crédit.
  • La CARD Act a permis aux consommateurs d’économiser de l’argent et de comparer plus facilement les cartes de crédit.
  • La CARD Act n’est pas dénuée de critiques, certains prétendent ne pas avoir suffisamment limité les abus des émetteurs, et d’autres estiment qu’elle a rendu les cartes de crédit plus chères et difficiles à obtenir.

Dispositions de la loi sur la responsabilisation et la divulgation des cartes de crédit

Une série de lignes directrices rédigées par le Congrès, la loi CARD est divisée en cinq sections.

Voici quelques points saillants des dispositions:

  • La loi limite les charges sur le défaut universel, qui fait référence à la pratique consistant à appliquer des taux d'intérêt plus élevés à tous les soldes futurs à la suite d'un retard de paiement. La loi limite cette pratique à la période initiale du titulaire de carte et impose une plus grande prévention en cas de hausse du taux d'intérêt.
  • La loi exige que les émetteurs informent les titulaires de carte du temps qu'il leur faudra pour rembourser un solde existant s'ils ne paient que la carte au minimum chaque mois.
  • La loi interdit de nombreuses formes de marketing ciblant les jeunes consommateurs, telles que les cadeaux offerts sur les campus universitaires ("tout ce que vous avez à faire est de signer cette application ...").
  • La loi limite les frais et les dates d'expiration des cartes-cadeaux et des cartes prépayées non rechargeables.
  • La loi n'autorise pas les sociétés émettrices de cartes de crédit à laisser un compte dépasser sa limite et à facturer ensuite des frais au client. Il faut maintenant donner aux clients le choix de "s'inscrire" pour limiter les frais sur leur compte de carte de crédit. S'ils refusent de s'inscrire, leurs cartes seront refusées lorsqu'une proposition de débit ou de retrait mettrait le solde au-dessus de la limite.
  • La loi exige que les relevés soient postés ou mis en ligne au plus tard trois semaines avant la date d'échéance du paiement et que les dates d'échéance soient cohérentes (sauf modification par le titulaire de la carte).

La CARD Act a rendu obligatoire l’utilisation de boîtes Schumer (nommées en référence au sénateur Charles Schumer), des tableaux faciles à lire utilisés par les émetteurs de cartes de crédit afin de divulguer clairement les informations importantes relatives aux taux, aux frais et aux conditions.

Lacunes de la loi CARD

Depuis son adoption en 2009, les défenseurs des consommateurs ont fait valoir que la loi ne va pas assez loin en interdisant les pratiques abusives ou déloyales. Certaines augmentations de taux d'intérêt, telles que celles résultant directement d'une hausse des taux de la Réserve fédérale ou de la fin d'une période de lancement, restent admissibles sans préavis des émetteurs de cartes. Les frais d'intérêts différés, ou les frais calculés rétroactivement à la fin d'une période d'introduction sans intérêts, sont toujours autorisés par la loi. Les avantages utilisés pour commercialiser les cartes, tels que la protection contre le vol d’identité, les programmes d’attribution ou les délais de grâce sans pénalité, ne sont généralement pas réglementés. La loi omet également de réglementer les cartes émises au nom d'une entreprise.

Les groupes du secteur financier critiquent également la loi pour avoir entraîné une hausse des taux d’intérêt et des frais annuels; ils affirment également que cela oblige les émetteurs de cartes à abaisser leurs limites de crédit et à augmenter les qualifications de leurs clients, ce qui empêche les personnes ayant des antécédents de crédit peu précis ou limités d'obtenir des cartes de crédit répondant à leurs besoins.

Termes connexes

Repricing basé sur le comportement Un repricing basé sur le comportement se produit lorsqu'une société émettrice de cartes de crédit modifie le taux d'intérêt du détenteur d'une carte de crédit en fonction de son activité de remboursement. more Lire les termes et conditions des cartes de crédit Les termes et conditions d’une carte de crédit documentent officiellement les règles et les directives de la convention entre un émetteur de carte de crédit et un détenteur de carte. Plus de frais de dépassement de limite Les sociétés émettrices de cartes de crédit peuvent imposer des pénalités de dépassement de limite si les titulaires dépensent au-delà des limites de leur crédit. plus Regard sur les délais de grâce Dans un contrat, un délai de grâce correspond à la durée pendant laquelle un paiement peut être retardé sans pénalité. more Universal Default Universal Default permet à une société émettrice de cartes de crédit de relever les taux d’intérêt d’une carte si le titulaire de la carte a des paiements en retard ou manqués. plus Comprendre les augmentations rétroactives des taux d’intérêt Une augmentation rétroactive des taux d’intérêt est définie comme une pratique dans le secteur des cartes de crédit consistant à augmenter les taux d’intérêt sur les achats effectués antérieurement. plus de liens partenaires
Recommandé
Laissez Vos Commentaires